L'industrie du commerce des oeuvres audiovisuelles a subi de profondes mutations au cours des 20 dernières années. L’avènement d’internet et du partage sans limites des données a contraint les acteurs de ce secteur à s’adapter, en proposant des offres de distribution toujours plus numériques, toujours plus souples. Parallèlement à cela, le partage et la diffusion de ces médias se sont trouvés grandement facilités avec l’avancée d’internet et de ses interfaces d’utilisations.

Un monde de partage numérique illégal est né.

Auparavant, l’industrie ne se souciait que peu du partage de ses oeuvres étant donné qu’elle n’avait ni la vue ni la main sur ces échanges (copie de VHS/CD etc …) mais aujourd’hui, étant donné le nombre constant de téléchargements illégaux, cela est devenu une véritable guerre à l’encontre des utilisateurs frauduleux et surtout des propriétaires de plateforme de téléchargement, et ce de manière particulièrement intensive en France.

Le problème étant le suivant:

Photo by rawpixel.com / Unsplash

D’un côté, le partage de données pair à pair est devenu tellement simple et accessible que la lutte contre ce genre de phénomène est une cause perdue d’avance. A la fermeture d’une plateforme, 10 autres ouvrent leur porte, les données sont immédiatement remises en partage étant donné qu’elles ne se trouvent non pas sur des serveurs centralisés, mais sur les ordinateurs des utilisateurs, ces derniers ayant désormais l’accès à des outils peu onéreux pour se protéger et devenir anonymes (VPN, Tor…).
De plus, il est désormais possible de décentraliser entièrement une plateforme web avec sa base de données, tout en anonymisant ses utilisateurs grâce à ZeroNet via Tor (cf. https://zeronet.io/).

D’un autre côté, les propriétaires d’oeuvres (créateurs, auteurs, musiciens ou personnels participant à la création d’une oeuvre audiovisuelle) ne reçoivent pas la juste rémunération de leurs créations qui se trouvent soit piratées, soit absorbées par des canaux de distribution de masse bien souvent trop peu rentable pour les auteurs, et fondamentalement inéquitable.

Photo by Uriel Soberanes / Unsplash